Archive pour juin, 2010

Posted in Blabla on vendredi 18 juin 2010 by klaims

La vie est faite de choix, ça je le sais depuis un bon bout de temps. Et aujourd’hui je me retrouve face à un choix. Important. Peut-être le plus important que j’aie eu à faire jusqu’ici. Le genre de décision pour laquelle tu aimerais bien avoir droit au 50/50, à l’appel à un ami et à l’avis du public. Sauf que là, je ne vais même pas avoir le temps pour ça. Je dois me prononcer, et vite. Il y a encore quelques mois, ma route était toute tracée, bien rectiligne. Là je me retrouve à un embranchement avec mon cerveau qui pédale en guise de GPS. Je sais que je n’irai pas dans le mur et c’est déjà une bonne chose. Et puis je sais où je veux aller, mais il existe des tas d’itinéraires possibles. Alors je suppose, j’anticipe, j’extrapole, et je me raccroche à l’idée que tous les chemins mènent à Rome. Il suffit de ne pas se perdre en route.

Publicités

Posted in Blabla on lundi 7 juin 2010 by klaims

Il est trois heures du matin et j’achète des chaussures à talons sur internet. J’aimerais bien dormir mais trop de choses tournent dans ma tête. Pour la première fois de ma vie, je n’ai plus de devoir à rendre, plus d’examen à préparer, plus de mémoire à rédiger. Toutes ces épées de Damoclès qui ont rythmé mes études, ces journées passées à repousser les échéances, ces nuits blanchies au café et à la nicotine pour terminer à temps. C’est fini, enfin. Des heures volées à Morphée, des montées d’adrénalines à l’approche des deadlines, je sais que j’en aurai d’autres, mais pas pour les mêmes raisons. La forme sera identique, le fond n’aura plus rien à voir.

Jeudi matin, j’ai définitivement quitté mon statut d’étudiante. Cette étiquette qui me collait tellement à la peau que j’avais fini par oublier qu’un jour elle se détacherait. Derrière le micro, ma voix tremblait, comme lors de mon tout premier passage à l’antenne, deux ans plus tôt. Dans le casque, je me suis entendue moduler un flash, égrener l’actualité du jour, mais de loin, sans vraiment être là. Puis je suis sortie du studio et j’ai écouté l’examinateur avec l’impression de vivre le jugement dernier. Débrief, note, rapide calcul. Admise. Le bout du tunnel est là. Je suis dehors mais tout est encore flou autour de moi. Il est trois heures du matin et j’achète des chaussures à talons sur internet. Gagner quelques centimètres en hauteur pour compenser le vertige.